Jusqu'où le clonage peut-il aller?

       Malgré les avantages que présente le clonage, des risques dominent encore.

                En effet, le problème le plus important est sans aucun doute, la forte mortalité embryonnaire observable chez les animaux clonés. Pour la majorité des espèces, le clonage n'a pas encore été réussit, ou bien il s'est limité à une expérience non reproduite. Pour les autres, le taux de succès est très faible (environ 2%). La principale explication reste la fausse couche, même si l'embryon est correctement implanté dans l'utérus. Après la naissance, on constate une forte mortalité, surtout dans les premiers jours. Prenons l'exemple de Dolly, pour obtenir une brebis telle qu'elle, il a fallu créer plus de 250 clones par le recueil d'un nombre encore plus grand d'ovocytes ( = gamètes femelles)

Juillet 1996: naissance de la brebis Dolly, premier mammifère cloné par l'équipe ecossaise de Ian Wilmut                                                                                                     

Novembre 1997: L'UNESCO a adopté la Déclaration Universelle sur le Génome Humain et les Droits de l'Homme qui stipule que " le clonage humain est une offense à la dignité humaine".                                                                                                             

Janvier 1998: naissance de Charlie et Georges, deux veaux clonés et génétiquement modifiés par une équipe américaine.                                                                       

Février 1998: naissance de Marguerite, clone de veau à l'INRA.                                     

Avril 1998: naissance de Bonnie, fille de Dolly.                                                            

Juillet 1998: naissance de clones de clones de clones à l'Université d'Hawaï.              

Décembre 2001 : naissance de Copy Cat,clone de chat par une équipe texane.                

Mai 2002: le gynécologue italien Severino Antinori et son équipe, ainsi que celle de la biochimiste Brigitte Boisselier ont annoncés avoir "fabriqués" des clones humains dont la grossesse se déroule normalement. L'équipe italienne affirme même que les bébés clones naîtront en décembre 2002 ou janvier 2003.                                                          

Décembre 2002: les raéliens annoncent la naissance d'Eve, premier humain qui serait né par clonage. Aucune vérificataion possible.                                                                                                      

Janvier 2003: en France, le Sénat vote un texte déclarant le clonage reproductif, crime contre l'espèce.                                                                                                               

Février 2003:"euthanasie" de Dolly

 

           Taux de réussite en ce qui concerne le clônage reproductif animal :

                Espèce                  

         Animale         

  Taux de réussite 

   (naissance/embryon cloné)    

 Mouton

 0,4 %

 Souris

 0,8 %

 Rat

 2,3 %

 Bovin

 6,0 %

 Chat

 0,5 %

 Lapin

 0,3 %

 Singe

 0,0 %

 Cheval

 0,1 %

 Chèvre

 3,5 %

 

                  Le problème qui survient en deuxième lieu, est l'anomalie du développement des clones. Chez beaucoup d'animaux clonés, les troubles du développement sont fréquents et causés par une immunité défécitaire.

Par exemple : la vache Marguerite est morte quelques semaines après sa naissance. Marguerite souffrait d'une forte chute de son taux d'hémoglobines et de lymphocytes. De plus, on observe chez les animaux clonés de nombreux problèmes comme des difficultés cardiaques et respiratoires, du diabète, qui se manifestent quelques années plus tard, ou encore un poids excessif et une vieillesse prématurée. Il est vrai, nous avons constaté un racocoursissement anormal des chromosomes. Il est admis que la taille des chromosomes diminuaient avec l'âge. Dans le cas des animaux clonés, la longueur de leurs chromosomes correspond à celle d'un animal qui aurait « cumulé » son âge et celui de l'animal dont il est le clone. Autrement dit, nous creons des animaux nés « vieux »d'un point de vue génétique.

                Cependant, l'animal présente toutes les caractéristiques physiques propres à son âge réel. Reprennons l'exemple de Dolly dont le vieillissement accéléré avait déjà été évoqué en mai 1999. Une étude avait montré que l'âge de ses chromosomes n'étaient pas 3ans mais de 9 ans.

                 En dernier point, le problème de la diversité génétique a été soulevé. Au delà des problèmes éthniques, la technique de dupliquer le matériel génétique et de le faire proliférer dans la nature induit une dangereuse réduction de la diversité génétique. Les risques sont nombreux : ralentissement de l'évolution des espèces, diminution de l'adaptabilité à l'environnement, il n'y a qu'un parent pour veiller et prendre soin de sa progéniture. Mettre au monde des animaux clonés en bonne santé s'avère donc d'être une opération plus difficile que prévu. Les clones sont en effet gravement atteints de diverses problèmes comme nous l'avons expliqué ci-dessus.

                  En somme, moins de 3% des tentatives de clonage réussissent. Selon des spécialistes du clonage et des biologistes du développement, le processus de clonage semble entraîner l'altération de gènes, d'où la survenue d'un nombre indeterminé de problèmes imprévisibles à n'importe quel moment du développement.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site